Manathan Krav Maga RéunionBESbswy

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Service gratuit facile et accessible à tous

Créer mon site

Krav Maga FEKM-RD

Le Krav Maga


Le Krav Maga est simple et efficace :Il a été adopté par toutes les forces armées Israéliennes, certaines unités de police américaine, agents du F.B.I. gendarmes du G.I.G.N et le RAID.

Le Krav-Maga qui signifie en hébreu " Combat Rapproché " comporte deux parties

    La self-défense en est la charpente et renferme des techniques variées visant à permettre à ceux qui y sont initiés de se défendre contre une attaque, éviter les blessures et de venir à bout d'un assaillant. Cette partie contient des parades contre une grande variété d'attaques armées ou non et dans des positions de base différentes : debout, assis, couché...

    Le combat au corps à corps constitue une phase plus avancée du Krav-Maga et enseigne la façon de neutraliser rapidement et efficacement un adversaire. Il regroupe des éléments ayant trait au combat proprement dit : les tactiques, les feintes, la combinaison d'attaques différentes, la dimension psychologique du combat... et autant d'exercices Permettant de développer sa capacité à gérer des situations de confrontations physiques dangereuses.

    Qu’est ce qui fait la force du Krav Maga ?

    Il est né dans un contexte historique, où savoir se défendre était important. Imi Lichtenfeld a conçu sa méthode dans un souci de réalisme, et au fil des années, a testé ses découvertes dans de nombreuses circonstances. Cela fait du Krav Maga une self défense moderne et réaliste caractérisée par un mode de pensée cohérent et logique qui permet des techniques naturelles, pratiques et faciles basées sur des mouvements relativement simples du corps humain.

    Evidemment, le souci de réalisme de cette discipline n’autorise pas l’édification de règles sportives, ni de compétitions, qui la limiteraient aux interdits de ces règles. Elle constitue une méthodeidéale de self - défense pour faire face à de graves dangers.

    Distance et temps

    Les mouvements simples sont courts et par conséquents peu fatiguant. Il existe deux bonnes raisons aux mouvements simples : ils permettent de conserver un maximum de fraîcheur physique pendant un combat. Un mouvement simple est court, la distance étant moins longue, il est automatiquement plus rapide.

    Une discipline sportive

    Malgré l'absence de limitations en Krav-Maga, on va bien sûr observer des règles de sécurité pour que le pratiquant puisse pratiquer sans danger et atteindre un niveau élevé, tout en tâchant de faire en sorte qu'aucun mouvement, aucune attaque, ne nous soient étrangers.

    En Krav-Maga La recherche de l’efficacité prend le pas sur l’esthétisme. Dans l’enseignement nous tâchons de former des bons pratiquants qui n’utiliseront leurs connaissances dans l’art de la self-defense qu’en cas de nécessité absolue. Les cours sont dispensés dans une tenue sportive propre au Krav Maga et avec des protections, de manière à protéger les pratiquants, en respectant les règles élémentaires de sécurité.

    A la FEKM, chaque grade est validé après un temps de pratique requis et après un examen réel et exigeant.

    La notion de légitime défense

     

    Pour que la défense soit légitime, elle doit répondre aux trois points suivants :

    Une riposte nécessaire : Si aucune autre alternative n’est possible (la fuite par exemple);

    Correspondre à une nécessité impérieuse: (que la victime n'ait pas le temps de recourir à la Police par exemple);

    Etre proportionnée à l'attaque : On répondra de manière violente que pour se défendre immédiatement. Il n'y a pas de légitime défense lorsque la riposte a lieu alors que l'agresseur part ou que la violence vise à prévenir une agression future ou incertaine. Le Krav-Maga étant une self-défense, il s'inscrit dans ce cadre légal. De fait, l'instructeur doit être informé et en informer ses élèves.

    En France, les textes de références sont les articles 122-5 à 122-6 du Code Pénal.

    Le KRAV-MAGA en France depuis1987

    En 1987, Richard DOUIEB est le pionnier du Krav Maga et a ouvert la 1ère école en France et en Europe A la demande d’Imi Lichtenfeld.

    Face à un succès rapide, une volonté d’expansion structurée et soucieux de préserver les principes du Krav-Maga, Richard DOUIEB décide de créer la FEKM (Fédération Européenne de Krav-Maga) en 1997. Le KRAV MAGA sera rapidement adopté par des groupes d’interventions prestigieux tel le GIGN, et, depuis quelques années le RAID.

    Aujourd’hui, le Krav Maga FEKM a pris sa place dans le paysage sportif Français et chaque année, de nombreuses personnes tentent l’expérience et choisissent la FEKM pour le gage de qualité qu’elle représente mais aussi la légitimité de Richard DOUIEB à la présidence de la FEKM.

    A ce jour, la FEKM est la plus grande fédération de Krav Maga au monde. A ce jour, la FEKM est la fédération la mieux structurée, qui comprend le plus grand nombre de licenciés soit 20 000.

     

    Bio Imi Lichtenfeld

     

    Imi Lichtenfeld, naquit en 1910 à Bratislava, en Tchécoslovaquie. Inspiré et encouragé par son père Samuel, ancien acrobate de cirque et lutteur, professeur d'éducation physique, détective et instructeur en Chef de la Police Départementale reconnu pour son enseignement de la self - défense, mais aussi pour ses nombreuses arrestations, Imi pratiqua de nombreux sports.

    Il se concentrera finalement sur la gymnastique, la lutte et la boxe, participant activement pendant dix ans à un grand nombre de compétitions, dont il sortit souvent victorieux, principalement en lutte.

     

    Quelques dates parmi les plus marquantes :

     

    En 1928: Imi gagne le championnat de lutte de la jeunesse Slovaque.

    En 1929: il gagne le même championnat de lutte mais chez les adultes et dans deux catégories de poids différentes, ainsi que le championnat national de boxe plus une compétition internationale de gymnastique.

     

    En 1935 : une côte cassée pendant un entraînement juste avant une compétition en Palestine l'empêche d'y participer ; de cet évènement il va tirer un principe de sécurité dans la pratique, contraire à l'attitude qui consiste à gagner à tout prix : «en premier, ne sois pas blessé».

     

    De 1936 à 1940 : Imi se consacre plutôt à la lutte. Il entraîne, pratique et gagne une douzaine de médailles et de prix. Il est considéré comme un des meilleurs lutteurs européens. Parallèlement, il pratique aussi l'acrobatie et s'investit dans les arts dramatiques. Il enseigne la gymnastique à une des meilleures troupes de théâtre de Tchécoslovaquie et joue dans plusieurs productions.

    Durant cette période, Imi participe à d'innombrables affrontements et combats de rue contre des agresseurs anti-sémites seul ou en groupe. Avec la montée du fascisme et de l'anti-sémitisme, les nazis se répandent en Slovaquie et les juifs sont violemment agressés. Imi organise un groupe de jeunes juifs issus pour la plupart de la boxe, de la lutte ou de la musculation pour contrer les émeutes et empêcher les bandes anti-sémites de pénétrer dans le quartier juif. Il prit ainsi part à de nombreuses bagarres, qui aiguisèrent sa prise de conscience sur les différences entre les combats de rue et les compétitions sportives. Les premiers principes du Krav-Maga étaient nés : 

      Utiliser les réflexes, le mouvement naturel

      Attaque et défense simultanées

      Retrouver ses moyens après un coup

       

       

    En 1940 : Imi est devenu un problème pour les autorités locales devenues fascistes et il doit quitter sa maison, sa famille et ses amis. Il s'embarque dans le dernier navire immigrant qui réussit à échapper aux nazis. Il s'agit d'un ancien bateau de rivière appelé le Pentcho et reconvertit au transport de centaines de réfugiés d'Europe centrale vers la terre promise Israël (Palestine).

    L'odyssée d'Imi à bord du bateau est remplie d'épisodes émouvants et dure deux ans.

    Dans le Delta de la Roumanie le bateau est placé en quarantaine pour tenter d'affamer les passagers. Plusieurs fois Imi doit se jeter à l'eau pour sauver des passagers tombés ou pour récupérer des sacs de nourriture, mettant sa vie en danger. En sauvant un enfant de la noyade, il attrape une infection de l'oreille qui faillit lui coûter la vie.

    Le bateau n'est pas détruit qu'en raison de son fond plat qui lui évite de sauter sur les mines.Plus tard, la chaudière du bateau explose, il s'échoue vers une île grecque (Kamilanisi).

    Imi et quatre de ses amis prennent une chaloupe et vont vers la Crète pour demander de l'aide. Préférant ignorer l'infection de son oreille et les contestations de ses amis, Imi refuse d'abandonner les rames pendant une journée entière. Mais en dépit de leurs efforts héroïques, les vents violents font chavirer leur chaloupe et ils n'atteignirent jamais la Crète. Le matin du 5 ème jour, un navire de guerre anglais récupère les 5 survivants et les amène à Alexandrie en Egypte Imi très mal en point, subit plusieurs opérations à l'hôpital. Il est alors proche de la mort et les docteurs n'ont pas d'espoirs pour sa guérison. Le chirurgien réussit à lui sauver la vie.

    Après avoir récupéré, Imi rejoint la légion Tchèque commandée alors par l'armée britannique. Il servit alors en différents points du moyen orient pendant 1 an 1/2 puis reçut un permis d'entrée pour Israël (Palestine).

     

    En 1942: des amis de Imi le présentent au Général Sadeh, Général de la Hagana(pré IDF = Israeli Defensives Forces. Hagana = force armée créée en 1920 pour organiser une défense des juifs en Palestine, considérée illégale par l'armée Britannique qui administrait ce territoire et en contrôlait la défense) qui l'accepte immédiatement dans l'organisation au regard de ses talents de combattant au corps à corps.

    En 1948 : avec la naissance de l'état d'Israël et de l'IDF, Imi devint Instructeur en Chef en éducation physique et en Krav-Maga pour l'armée. Il sert l'IDF pendant 20 ans affinant et développant sa méthode de self défense unique.

    Imi a entraîné personnellement les meilleurs combattants des unités d'élites d'Israël et a formé de nombreuses générations d'instructeurs de Krav-Maga; pour cela il a gagné la reconnaissance des plus hauts gradés de l'armée.

    Plus tard, le ministère de l'éducation donne la reconnaissance d'état pour l'enseignement du Krav-Maga aux civils. Le Krav-Maga a du répondre aux besoins variés nécessaire à l'IDF. Il devait être facile à apprendre et à appliquer, de telle sorte qu'un soldat, un employé de bureau ou un combattant d'unité d'élite puisse obtenir l'efficacité requise dans la plus petite période d'apprentissage et aussi que les techniques puissent être appliquées malgré un stress intense.

    Au début des années 60 alors qu'il entraîne une unité de gardes de la Police Royal en Ethiopie, Imi réalise qu'un des élèves essaye vraiment de le blesser alors qu'il montre une défense contre une attaque à la baïonnette. A l'attaque suivante, Imi le frappe très durement et le met hors de combat. Cet incident le fait réfléchir sur l'attitude à transmettre aux élèves pour s'entraîner dans de bonnes conditions et prévenir les blessures : « n'essayez pas de prouver qui vous êtes».

    En 1964, après s'être retiré de l'IDF, Imi commence à adapter le krav maga aux besoins civils. La méthode est adaptée pour convenir à tout le monde : hommes et femmes, jeunes et adultes, tous ceux qui auraient besoin de survivre à une attaque avec un minimum de risques et de dommages.

     

    Pour répandre sa méthode, Imi établit 2 centres d'entraînement à Tel Aviv et Netanya, sa ville de résidence, qui devient un centre pour les pratiquants de krav maga. Il adopte le système de ceinture pour structurer le krav maga et assurer une progression rapide en toute sécurité. Pendant ce temps Imi continue à servir comme consultant et instructeur de krav maga pour l'IDF et d'autres forces de sécurité.

    En 1972 : la première formation d'instructeur destiné aux civils à l'institut Wingate démarre. Dès lors la méthode se répand auprès de nombreux civils.

    En 1978 : Imi crée l'Association Krav Maga pour disséminer la méthode et transmettre ses valeurs. Il en restera le président jusqu'à la fin de sa vie.

    En 1981 : le Krav-Maga commence à se développer dans le monde. Jusqu'à ses derniers jours, Imi continua à développer les techniques de Krav-Maga et ses concepts. Il supervisait personnellement les plus hauts gradés du Krav-Maga et passait du temps avec les instructeurs. Imi contrôlait les progrès et les réussites de ses élèves, les captivant avec sa personnalité unique et son sens de l'humour prononcé et leur communiquant sa connaissance et son avis.

     

    Le 8 Janvier 1998, Imi est mort à l'âge de 87 ans, gardant l'esprit fort même dans ses derniers moments.

    Le système du Krav-Maga développé par Imi est fondé sur des valeurs morales et humaines, qui souligent l'importance de l'intégrité, de l'humilité et du respect d'autrui.

     

     

    Bio de Richard Douieb

    Si l'on demande est-ce que les Arts Martiaux sont efficaces dans la réalité ? cela sous entend que l'art Martial fait l'homme. Or, en Krav Maga on a tendance à penser que c'est l'homme qui fait l'Art Martial.

    Richard Douieb enseigne en France et en Europe depuis 1987 le Krav-Maga. Il a été délégué officiellement par Imi LICHTENFELD, le fondateur.

     

    1970 à 1973

    - Gymnastique acrobatique après six ans de natation.
    - Apprentissage de la boxe anglaise.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1973 à 1974

    - Une année de Karaté et de Krav Maga au Kibboutz en Israël.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1974 à 1976

    - Recrutement dans une unité commando d'élite de l'armée israélienne. Diplôme militaire de Krav Maga.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1976 à 1977

    - Démobilisation de l'armée après blessure. Une année de convalescence en maison de repos.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1977 à 1980
    - Reprise des cours de Krav Maga quotidiennement, parallèlement à des études de professeur d'éducation physique. Diplômes obtenus : professeur de gymnastique, moniteur et ceinture noire de Krav Maga.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1980
    - Retour en France. Apprentissage du Judo, Ju-Jitsu et boxe américaine, française et Thaï.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1982
    - Passage de la ceinture noire en Ju-Jitsu et boxe américaine. Obtention du deuxième Dan de Krav Maga, passé en Israël.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1983 à 1986
    - Champion de France de boxe américaine et enseignement de boxe américaine à Argenteuil.
    Plusieurs séjours en Israël pour stages. Obtention du troisième Dan de Krav Maga.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1987
    - Passage du diplôme de professeur de Krav Maga reconnu par l'éducation nationale en Israël. 
    Retour en France et fondation de la première école de Krav Maga. Mandat de représentant officiel du Krav Maga en Europe délégué par le fondateur.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1990 
    - Plusieurs retours en Israël. Obtention du quatrième Dan de Krav Maga.
    - Début des stages réguliers (jusqu'à aujourd'hui).à la société F.O.R.S. (Organisation de recherche technique dans la sécurité) en Suisse.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1993
    - 1ère année en tant que formateur officiel des gendarmes du G.I.G.N. (Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale). 
    Cours régulier jusqu'en 2005.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1994
    - Début de la formation de la direction de Police et des Sport de Lausanne, sous forme de stage.

    --------------------------------------------------------------------------------

    1995
    - Obtention du cinquième Dan.
    - Début des stages réguliers à l'unité d'intervention polonaise Centrum Skolenia Policji.

    --------------------------------------------------------------------------------


    -
    20 mars : validation du BEES 1er degré

    •  

       

       

       

       

       

       

       

  •